vendredi 25 juillet 2008

M comme Mouche

Un week-end en Vallée d’Aspe. Un éblouissement de verdure, de fleurs et d’Insectes ailés...
Qu’elle est vivante et verte la Vallée !
Et parmi ces Insectes, des qu’on a plus trop l’habitude de rencontrer en bandes dans nos espaces insecticidés... des Mouches... toutes sortes de Mouches... et, comme toute Mouche bien née, insistantes... partageuses des déjeuners grands ou petits, de la larme à l’oeil, du sel de la sueur...
Il existe, paraît-il ,11 000 espèces de Mouches. Et celle qui ne nous quitte pas, celle qui fréquente notre “domus” (maison), c’est “notre” Mouche dite “domestique”.


C’est vrai qu’on était “emmouchés” dans notre enfance. “Ah les sales Mouches !” et tchac, un coup de tapette... et il pouvait en tomber 7 d’un coup ! (Comme dans l’histoire du petit tailleur, vous vous souvenez ?)

Petite, je pensais que les grandes personnes disaient que les Mouches sont sales parce qu’elles ne prenaient pas le temps de les regarder.... (tchac!).... Mais moi, qui prenais le temps de, je voyais bien qu’il n’existait pas un animal sur terre qui se nettoie aussi longuement, les pattes, les yeux, la langue, les ailes.... Même Minette ne faisait pas autant de toilette!

Maintenant je sais que ce n’est pas tant une question de propreté, mais plutôt parce que la plupart de leurs récepteurs du goût et de l’odorat se trouvent sur leurs pattes... et que les Mouches peuvent être “sales” car leur tube digestif peur contenir jusqu’à 3 millions de germes bactériens ou viraux, et leur corps en porter jusqu’à 500 millions !!!

Ah! quelle belle chose, que de savoir quelque chose !!!

Musca domestica ©Entomart

Elle a des ancêtres vieux de 65 millions d’années, et quand l’Homme est apparu beaucoup plus tard, elle ne l’a plus quitté (lui et ses troupeaux).


Ce qui est curieux, c’est que ses larves (“nos” asticots) se nourrissent sans problème sur la matière organique morte ou en voie de décomposition, mais quand l’asticot devient Mouche, celle-ci ne peut plus absorber que la nourriture liquide. Si elle rencontre une nourriture solide, elle doit l’enduire de sucs digestifs afin de la prédigérer en quelque sorte, puis elle absorbe le liquide qui en résulte à l’aide de sa langue en forme de trompe. Elle a la “sale” habitude de régurgiter fréquemment une partie de son repas précédent, ce qui ne manque pas de contaminer les aliments sur lesquels elle se promène.


Ses yeux sont une merveille d’efficacité car ils sont “à facettes”. Chaque facette est en fait un oeil élémentaire... et la Mouche en possède 3 000 ! De quoi lui donner une vision panoramique assez extraordinaire !

Cette vue performante, et les capteurs ultrasensibles que sont ses antennes et ses cils vibratiles, font qu’elle peut réagir à une attaque en moins de 2/100 de seconde, en fait 10 fois plus vite qu’un Homme... ce qui explique notre difficulté à l’attraper sans l’aide de la fameuse tapette (tchac!).

Citations et proverbes

"Entre la mouche et l'homme, il n'y a que la distance d'un orgueil démesuré, sacrilège, finalement illusoire et sans doute catastrophique."

(André Bay)

"Le temps, c'est la toile dont je suis à la fois l'araignée et la mouche."

(Jacques Lesourne)

"Si la Chine ouvre ses portes, des mouches entreront forcément."

(Deng Xiaoping)

"Il y a deux façons d'enculer les mouches : avec ou sans leur consentement."

(Boris Vian)

"Si Noé avait vraiment été un sage, il aurait tapé sur ces deux mouches."

(Helen Castle)





"Une petite mouche fait péter un bel âne."
(Proverbe agenais)

"Dans une bouche close, il n'entre point de mouche."

(Proverbe arabe)

"Les mouches ne s'attaquent pas à un oeuf qui n'est pas fêlé."

(Proverbe chinois)

"Quand la vache perd sa queue, Dieu balaie les mouches.
"

(Proverbe créole)

"On ne prend pas les mouches avec du vinaigre."

(Proverbe français)

Poète et poésie
(Bien sûr, vous vous doutiez bien que vous ne pouviez pas lui échapper, à celle-là!!!)



Le coche et la mouche

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,

Et de tous les côtés au soleil exposé,

Six forts chevaux tiraient un coche.

Femmes, moine, vieillards, tout était descendu.

L'attelage suait, soufflait, était rendu.

Une mouche survient, et des chevaux s'approche,

Prétend les animer par son bourdonnement,

Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment

Qu'elle fait aller la machine,

S'assied sur le timon, sur le nez du cocher.

Aussitôt que le char chemine,

Et qu'elle voit les gens marcher,

Elle s'en attribue uniquement la gloire,

Va, vient, fait l'empressée: il semble que ce soit

Un sergent de bataille allant en chaque endroit

Faire avancer ses gens et hâter la victoire.

La mouche, en ce commun besoin,

Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin;

Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.

Le moine disait son bréviaire:

Il prenait bien son temps! Une femme chantait:

C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait!

Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles,

Et fait cent sottises pareilles.

Après bien du travail, le coche arrive au haut:

«Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt:

J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.

Cà, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.»


Ainsi certaines gens, faisant les empressés,

S'introduisent dans les affaires:

Ils font partout les nécessaires,

Et, partout importuns, devraient être chassés.


Jean de La Fontaine
Dans Bestiaire sans oubli


“J’ai vécu, tout le temps de mon enfance et bien des années après, dans un monde en proie aux mouches. Toutes les cuisines de Châteauneuf en bourdonnaient au moindre geste: providence pour un pêcheur d’ablettes. Mais quel supplice par les soirs d’orage ! Les papiers-gluaux accrochés au plafond (peu à peu constellé de chiures millimétriques, noir enfin dans toute son étendue: un million au mètre carré), les rondes bouteilles-nasses à demi pleines d’eau vinaigrée, musiquant d’ailes comme toupies d’Allemagne, je les touche, j’en respire l’aigre odeur. Je vois, je touche, dans notre cagna des Eparges, le long tuyau du poêle crapaud tout entier revêtu d’une carapace frémissante, coruscante, parcourue d’ondes à reflets métalliques à chaque sursaut de la bougie, et soudain exhalant une longue note mélodieuse, tenue jusqu’à rompre les nerfs.
Toutes les mouches du village s’étaient réfugié là. Par les grands froids, elles tombaient aussi dru que les flocons sur la colline. “Mouches de neige”, disaient les paysans meusiens: les flocons tombaient “comme des mouches”.

Maurice Genevoix


Dico


LA MOUCHE: la mouche commune, longue de 6 à 8 mm, est un insecte aux antennes courtes, aux gros yeux bruns. Sa larve, vermiforme, est l’asticot.


5 commentaires:

jenofa a dit…

Dans la cuisine, j'éai vu la première de l'année hier. C'est dingue!

Kolova a dit…

je me demande si on n'en a pas ramené dans la voiture... j'en vois quelques unes en ce moment... à moins qu'elles se décident à apparaître ici maintenant ???

jenofa a dit…

Ouaih, ben--, ca y est, elles sont arrivées. La cuisine en est pleine.
Et je n'ai même plus un bébé Martinet à nourrir!

Kolova a dit…

doone les à "ma" rainette !!!

Tu veux une tapette ???

:o)

micolo a dit…

Petit commentaire sur:"Cette vue performante, et les capteurs ultrasensibles que sont ses antennes et ses cils vibratiles, font qu’elle peut réagir à une attaque en moins de 2/100 de seconde, en fait 10 fois plus vite qu’un Homme...

Elle réagit plus vite parce qu'elle plus petite, donc que la distance à parcourir à partir des récepteurs sensoriels vers les effecteurs moteurs est plus courte "l'arc reflexe"est donc bien plus rapide (chez l'homme, même le passage aller/retour par la moelle épinière du reflexe du genou doit avoisiner le mètre: on met bien une 1/4 seconde à réagir) et la vitesse de l'influ nerveux de l'homme et de la mouche n'est certainement pas proportionnelle à la différence des dimensions.
Moralité: un éléphant ne peut pas tromper une mouche énormément.