jeudi 14 septembre 2017

Les impacts du dérèglement climatique sur la biodiversité

Le réchauffement climatique en cours modifie, perturbe ou menace le monde vivant : l'aire de répartition des espèces animales et végétales se déplace, certains cycles végétatifs s'accélèrent...

Mieux comprendre l'effet de serre
  • Les gaz à effet de serre contenus dans l'atmosphère sont nécessaires à la vie sur Terre et jouent un rôle dans la régulation du climat.
  • Ils empêchent une large part de l'énergie solaire (les rayonnements infrarouges) d'être renvoyée vers l'espace.
  • Grâce à lui la température moyenne sur Terre est d'environ 15°C. Sans lui, elle serait de -18°C.
Mais l'effet de serre est déséquilibré par les activités humaines qui émettent trop de CO2... Alors, le climat se dérègle avec des conséquences parfois graves sur la biodiversité.

La hausse des températures
La Terre n'a jamais connu de variations climatiques aussi rapides.
Le réchauffement actuel pourrait dépasser la vitesse de 2°C/siècle, un seuil critique pour de nombreuses espèces. Elle pourrait augmenter de 1,1°C à 4,8°C d'ici 2100.

Les écosystèmes perturbés
La perturbation des grands équilibres écologiques s'observe déjà : un milieu physique qui se modifie et des êtres vivants qui s'efforcent de s'adapter ou disparaissent.
  • Des écosystèmes perturbés : 20 à 30% des espèces menacées d'extinction.
  • Certains événements météorologiques extrêmes plus nombreux (vague de chaleur, submersion marines, sécheresses des sols).
  • Des productions agricoles en baisse dans de nombreuses régions du globe : sécheresse, cycle de végétation raccourcis, migrations de ravageurs et maladies, incendies...
  • La montée du niveau des océans (de 26 cm à 82 cm) aura un impact sur les îles, les deltas et les zones côtières très basses.
  • Des risques sanitaires accrus, notamment en raison de l'avancée d'insectes vecteurs de maladies.
L'acidification des océans
L'acidité des océans modifie la propagation et l'absorption des sons dans l'eau, affectant le système auditif des poissons et des mammifères marins. Cette acidification représente un risque majeur pour les récifs coralliens et certains types de plancton menaçant l'équilibre de nombreux écosystèmes.

Le déplacement des espèces animales
28342 oies cendrées ont hiverné en France, en 2011 contre 10 en 1968.

L'expansion d'espèces nuisibles
Certaines espèces parasites et invasives (plantes et animaux) se déplacent vers des altitudes et latitudes jusque-là épargnées. Par exemple, la chenille processionnaire du pin à progressée de 4 km/an vers le nord durant les 10 dernières années.
Il est encore temps de réduire massivement nos émissions de CO2 !


Aucun commentaire: