samedi 17 juin 2017

Les vents, spécialité du satellite européen AEOLUS

Les satellites météorologiques observent les nuages et leurs mouvements. Ils détectent également une foule d’autres informations utiles aux prévisions météorologiques, dans toutes leurs dimensions: terrestres, aéronautiques, marines etc.

La détection des « profils » de vents à l’échelle globale de la planète est par contre plus délicate. On dispose bien de quelques mesures ponctuelles, notamment grâce aux ballons-sondes, mais cela reste limité.

C’est ce défi que le satellite ADM-Aeolus, de l’Agence spatiale européenne (ESA) va relever. Dès l’année prochaine, et pendant trois ans, il va étudier les vents et leurs profils (leur intensité et leur direction) dans une couche atmosphérique s’élevant jusqu’à 30 kilomètres au-dessus de la surface de notre planète. De quoi améliorer notamment la qualité des prévisions météorologiques.

L’instrument de base d’Aeolus s’appelle ALADIN (Atmospheric Lidar Doppler Instrument). Il s’agit d’un ensemble de trois lasers travaillant dans l’ultraviolet, d’un télescope de 1,5 m de diamètre et de récepteurs très sensibles.

ALADIN est un Lidar Doppler. Ce système laser émet de courtes et puissantes impulsions de rayons ultraviolets dans l’atmosphère, toutes les 20 millisecondes. Le télescope collecte la lumière qui est réfléchie par les molécules de gaz, les particules de poussière et les gouttes d’eau rencontrées sur cette trajectoire. Le récepteur analyse le déplacement Doppler du signal réfléchi et en dérive des informations sur la vitesse du vent à différentes altitudes sous le satellite.
Les données sont ensuite traitées et envoyées à divers bureaux météorologiques pour être utilisées dans les prévisions météorologiques et les modèles numériques.


source: Daily Science

Aucun commentaire: