mercredi 1 février 2017

Geonef, earthships, vaisseaux de terre, qu'est-ce ?

Imaginés par l’architecte états-unien Michael Reynolds au début des années 1970, les géonefs s’inspirent des principes de l’architecture bioclimatique : ils utilisent au maximum les énergies naturelles qu’un site et son environnement peuvent garantir. 

Dans son concept, Michael Reynolds va plus loin, en intégrant la réduction des déchets. Il décide de recycler des « ordures » en matériaux de construction. Les pneus, remplis de terre et enfouis, servent de murs ; les canettes, empilées les unes sur les autres, font de très bonnes briques ; et pour la décoration, des fonds de bouteilles en verre incrustés dans les cloisons apportent de la couleur et de la lumière dans les différentes pièces.

Véritables écosystèmes à eux seuls, les géonefs « recyclent » aussi les éléments de la nature : l’eau, le soleil, la terre, le vent. Ils jouent tous leur rôle pour rendre ces bâtiments autosuffisants. 

Semi-enterrés, les vaisseaux de terre retiennent la chaleur. Les larges baies vitrées, inclinées de manière à recevoir le plus longtemps possible les rayons du soleil en hiver, laissent entrer la chaleur, qui se répand d’abord dans la serre, puis dans toute la maison, et reste emmagasinée grâce à l’inertie thermique. Le soleil aussi est source d’électricité. Des panneaux solaires captent l’énergie nécessaire aux appareils électriques de la maison, lumière en tête, mais aussi réfrigérateur ou même machine à laver.

Le toit de la maison, incliné, permet de récolter l’eau de pluie, réutilisée quatre fois au total. Un système de filtres la nettoie avant qu’elle n’arrive dans les robinets. Mais le circuit ne s’arrête pas là. Les tuyaux la conduisent jusque dans la serre, pour irriguer les plantations. Direction ensuite les toilettes, et l’eau « noire » file enfin à l’extérieur, pouvant alimenter certaines plantes. Car l’Earthship est aussi une ode à la flore, mais aussi parfois à la faune, avec la présence de viviers de poissons. Certains habitants des Earthships combinent serre et potager, et ne fréquentent même plus les supermarchés.

article complet à Reporterre


Aucun commentaire: