mercredi 25 janvier 2017

Inde: le Tuk-Tuk solaire qui a parcouru 14 000 km

De Bangalore à Londres en passant par l’Iran ou la Hongrie, un jeune Indien a parcouru plus de 14 000 kilomètres en sept mois… à bord d’un tricycle roulant à l’énergie solaire qu’il a lui-même mis au point.

"Je voulais réaliser ce rêve, sans pour autant qu’il soit source de pollution. L’idée de construire un tuk-tuk solaire m’est venue à l’esprit il y a quelques années. J’étais coincé dans les embouteillages à Bangalore, entouré par un océan de tuk-tuks bruyants qu’on appelle les "auto rickshaws" en Inde. Tous émettaient énormément de fumée. Je me suis alors demandé pourquoi on ne ferait pas plutôt des tuk-tuks "zéro émission" ?

En trois ans et demi, j’ai construit trois prototypes différents. J’ai financé moi-même la construction des deux premiers. Pour le troisième, celui que je conduisais pendant mon voyage, j’ai lancé une campagne de financement participatif et plusieurs entreprises se sont présentées pour me faire don de pièces électroniques.

Voilà comment j’ai fait : d’abord, j’ai acheté un tuk-tuk classique et j’ai enlevé le moteur diesel. Puis, je l’ai remplacé par un moteur électrique et j’ai installé des batteries électriques ainsi que des panneaux solaires. J’ai également fait quelques modifications sur la boîte de vitesses et réaménagé la cabine, en y mettant un lit, pour que je puisse dormir dedans. Je l’ai appelé "Tejas" [en sanskrit, cela signifie "brillance" ou "rayonnement", NDLR].

Le tuk-tuk peut faire environ 60 kilomètres par heure et la batterie permet de rouler pendant 80 kilomètres maximum.

J’ai commencé mon voyage à Bangalore, en Inde, en février dernier. J’ai roulé jusqu’à Bombay puis j’ai pris un bateau, avec mon tuk-tuk, pour aller en Iran. J’ai conduit mon véhicule à travers l’Iran, la Turquie, la Grèce, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse, la France… J’ai ensuite pris un ferry de la France au Royaume-Uni. Je suis arrivé juste à temps pour participer à une exposition de véhicules à faible émission de carbone."

Etonnant, non ?

source: Les Observateurs