mardi 20 décembre 2016

Le sol: il fourmille littéralement de vie ! (si on lui fout la paix...)

Résultant de l’altération des roches et de la décomposition de la matière organique, les sols forment une mince pellicule de matière meuble à la surface des terres. Taupes, vers de terre, termites, fourmis, larves d’insectes, acariens, collemboles, protozoaires, nématodes, bactéries, champignons, algues… une multitude d’organismes en dépendent et contribuent à leur formation et à leur vitalité. Les sols sont des habitats complexes et hétérogènes qui abritent environ 25 % des 1,8 million d’espèces connues. Il resterait pourtant 95 % des espèces du sol à découvrir. 

Cette biodiversité nous rend de nombreux services : qualité des productions agricole et forestière, protection des cultures, lutte contre l’érosion, épuration des eaux, régulation du climat… Elle est aussi indispensable à notre santé : par exemple, la plupart des antibiotiques sont tirés de micro-organismes du sol.
En image : les cloportes sont des crustacés terrestres qui se nourrissent principalement de matière en décomposition et contribuent à la formation et à la fertilité des sols. On en connaît plus de 160 espèces dans l’Hexagone.

Alors que l’activité des organismes du sol participe notamment à la fertilité des sols, à la qualité de notre alimentation, à la pureté de l’air et à la qualité de l’eau, la biodiversité des sols est menacée par l’accroissement des pressions anthropiques et les changements globaux. Elle reste de plus une des composantes les moins connues de la biodiversité.

La biodiversité du sol regroupe l'ensemble des formes de vie qui présentent au moins un stade actif de leur cycle biologique dans le sol. Elle inclut les habitants de la matrice du sol ainsi que ceux de la litière et des bois morts en décomposition.
Les organismes du sol sont généralement subdivisés en plusieurs groupes :
la mégafaune (taupes,crapauds, serpents, ...),
la macrofaune, visible à l'oeil nu (vers de terre, termites, fourmis, larves d'insecte, ...),
la mésofaune, visible à la loupe (acariens, collemboles, ...),
la microfaune, et les micro-organismes, visibles seulement au microscope (protozoaires, nématodes, bactéries, champignons, algues).
Les plus petits organismes sont les plus nombreux et les plus diversifiés. Il existerait ainsi plus de 2 millions d'espèces de bactéries et de champignons dont seulement 1% aurait été identifiés. Les vers de terre représentent quant à eux le groupe dont la biomasse est le plus importante et la diversité spécifique la mieux connue.