lundi 14 novembre 2016

Les événements extraordinaires de la péninsule de Yamal

Il faut lire le Siberian Times. Ce journal russe donne des nouvelles des pays du froid, là où la nature immense et les conditions extrêmes jouent des tours aux humains. La péninsule de Yamal (nom signifiant le bout du monde), au-dessus du cercle polaire arctique, en particulier, est le théâtre d'évènements extraordinaires. En août 2014, des éleveurs de rennes y découvraient de mystérieux trous circulaires se formant soudainement dans le pergélisol (le sol gelé, ou permafrost), probablement par effondrement de cavités souterraines où l'eau avait fondu.

En 2007, c'est un bébé mammouth qui défrayait la chronique en émergeant du sol à la saison de la fonte des glaces. En 2013, un mammouth, adulte, exhumé dans cette région, semblait encore contenir du sang. Et en 2016, dans la région de Yamalo-Nenets (au sud de la péninsule), la fonte du pergélisol (encore lui) libérait des bactéries agents de l'anthrax, causant la mort d'un bébé et de plus de deux mille rennes.

Cette fois, ce sont d'énormes boules de neige - ou de glace - qui font parler d'elles, après avoir envahi une longue plage, près de Nyda, au bord de la péninsule, sur l'autre rive du golfe Obskaia. Des milliers de sphères jonchent le sol, à touche-touche, « de la taille d'une balle de tennis à celle d'une balle de volley » explique une habitante de cet endroit, qui ajoute que de mémoire locale, un tel phénomène n'était jamais arrivé à cet endroit.

Il serait toutefois explicable, selon Sergey Lisenkov, de l'institut de recherche pour l'Arctique et l'Antarctique, cité par le journal. À marée montante, de la glace se forme sur la plage et elle y reste quand la mer se retire. Mêlée au sable et commençant à fondre, elle peut alors s'évacuer progressivement. Mais, explique-t-il, « une combinaison de l'action du vent, de la forme de la côte et de la température peut conduire à former de telles boules ». Le journal rappelle qu'un tel phénomène avait déjà été observé aux États-Unis sur les rives du lac Michigan.

source: FuturaScience

Aucun commentaire: