mardi 8 novembre 2016

Des écailles de poissons pour générer de l'électricité ? yes, they can !

Depuis longtemps, des physiciens du monde entier cherchent le moyen de réaliser des générateurs d'électricité miniatures, pour alimenter des appareils nomades ou implantés dans le corps. Deux chercheurs indiens ont peut-être changé la donne en prenant comme matière première les écailles récupérées parmi les déchets d'un atelier de préparation du poisson.

Pourquoi une telle idée ? Parce que les nanofibres de collagène (une protéine bien connue de tous les animaux de la Terre) y sont alignées et présentent de ce fait des propriétés piézoélectriques. Un matériau confectionné par une nanotechnologie naturelle, en somme et, qui plus est, bon marché.

Ces écailles transparentes génèrent de l'électricité quand elles sont déformées ou quand elles vibrent sous l'effet d'un son ou du vent. Le duo indien a mesuré une tension allant jusqu'à 4 volts par écaille et un débit de courant de 1,5 μA (micro-ampère). La puissance ainsi disponible est de 1,14 μW par cm2 . Pour visualiser les applications possibles de ce nanogénérateur, les chercheurs ont connecté quatre écailles en série. Produisant une tension de 14 V, elles ont pu allumer plus de 50 LED bleues ...

Tout à fait expérimental, ce générateur original ne pourrait pas alimenter nos smartphones, toujours gourmands en énergie. En revanche, le principe a de quoi intéresser le secteur médical, toujours à la recherche de sources d'alimentation pour les dispositifs électroniques implantables dans le corps et pour les MEMS injectés dans le sang, imaginés pour transporter des molécules ou effectuer des mesures, tels des sous-marins miniatures. Un tel nanogénérateur pourrait alors leur fournir de l'électricité grâce aux seuls mouvements du corps, ou du cœur pour un stimulateur cardiaque.

source: FuturaScience

Aucun commentaire: