mercredi 14 septembre 2016

Les cultures associées, qu'est-ce ?

Les agricultures sur tous les continents pratiquent depuis longtemps les cultures associées (la culture d'au moins deux espèces dans une même parcelle) et c'est aussi une caractéristique dans la nature (diversité floristique d'une prairie naturelle par exemple). 

En France on peut citer la pratique du "méteil" qui associe plusieurs espèces de céréales, voire des légumineuses, celle du pré-verger qui associe des arbres fruitiers de haute tige et une prairie pâturée ou la culture du maïs associée au haricot ou à la courge. 

Les processus mis en œuvre dans ces associations de plantes sont un des principes clefs de l'agroécologie et contribuent, à leurs niveaux, très certainement à la résilience et la durabilité des fermes.

L'efficacité des associations est fortement liée au processus de "complémentarité de niche". Ce principe correspond à l'exploitation de ressources différentes entre les espèces comme l'azote minéral versus l'azote atmosphérique dans les mélanges avec des légumineuses, ou entre les différents pools de phosphore ou vis-à-vis de l'accès à l'eau quand certaines espèces peuvent extraire celle qui est très fortement retenue dans les micropores du sol.

A ce principe s'ajoute celui de "facilitation" qui correspond au cas de figure où une espèce augmente la croissance ou la survie de l'espèce qui lui est associée. Les mécanismes de facilitation concernent l'accroissement de la disponibilité pour les ressources telles que la lumière, l'eau ou les nutriments.

La production des cultures associées est en moyenne 1,27 fois supérieure à celle des cultures pures. Les rendements sont aussi plus stables ces associations permettent aussi une réduction des adventices notamment comparativement à des légumineuses pures. 

source: OSEA

Aucun commentaire: