lundi 12 septembre 2016

La géothermie en Aquitaine, qu'est-ce ?

La géothermie ou « chaleur de la terre » se présente sous forme de gisements de vapeur ou d'eaux chaudes ou encore de roches chaudes. Lorsque le "réservoir" géothermique est à une température modérée, cette ressource est exploitée pour de la production de chaleur distribuée par un réseau de chaleur. Lorsque la température du réservoir géothermique est plus élevée et permet de produire de la vapeur, il est possible de produire de l'électricité (par exemple en Guadeloupe).

On distingue généralement :

  • La géothermie très basse énergie (température inférieure à 30°C) ayant recours aux pompes à chaleur
  • La géothermie basse énergie (température entre 30 et 90°C) : il s’agit de la forme de géothermie destinée au chauffage urbain et à certaines utilisations industrielles, ainsi qu’au thermalisme
  • La géothermie haute énergie (température supérieure à 150°C)

La région Aquitaine se caractérise par une structure géologique propice au recours à la géothermie profonde sur aquifère. Des formations aquifères sont présentes en nombre considérable sur le territoire mais sont peu étendues. Les formations les plus profondes (10 km) sont situées au pied des Pyrénées.

Les opérations de géothermie connues en Aquitaine se concentrent principalement autour de trois pôles :

  • le premier, historiquement parlant, concerne essentiellement le thermalisme (Saint-Paul-les-Dax, Dax, Mont-de-Marsan, Hagetmau, Préchacq-les-Bains, Eugénie-les-Bains) et l’exploitation de salines (Dax) dans les Landes, et à Salies-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques. 
  • Certains des forages existants ont été par la suite utilisés pour le chauffage des bâtiments et de nouveaux forages ont été réalisés dans ce but ;les stations thermales des Pyrénées Atlantiques (Eaux-Chaudes, Eaux-Bonnes, Cambo-les Bains, Lurbe-Saint-Christau…) ;
  • les exploitations sur le territoire de la Communauté Urbaine de Bordeaux. Ces forages assurent notamment le chauffage d’une partie des bâtiments du quartier Mériadeck, de la cité de Saige, de la base Aérienne 106 et d’une piscine dans le quartier de la Benauge, ainsi que la fourniture en eau chaude de la piscine universitaire de Pessac-Stadium.

Enfin, plus récemment un ancien forage pétrolier au Teich a été réhabilité pour un usage en pisciculture.

On dénombre actuellement 14 sites à usage énergétique en activité, uniquement sous forme de chaleur (10 en Gironde, 4 dans les Landes). Ce recensement ne tient pas compte des puits à usage géothermal (26 sites en Aquitaine).

source ORECCA