mercredi 3 août 2016

Recyclage et dépollution: des mégots aux briques ?

La question du recyclage des déchets se pose désormais quotidiennement et dans tous les secteurs d’activité. Parmi les déchets qui pèsent terriblement lourd dans les bilans environnementaux, il y a les mégots de cigarettes. 

En 2015, lors de la Journée mondiale de nettoyage du littoral organisée par Ocean Conservancy, ce sont pas moins de 2.127.565 de mégots de cigarettes qui ont été ramassés. Au total, on estime à quelque 72 milliards le nombre de mégots disséminés dans la nature chaque année. C’est d’autant plus ennuyeux qu’il faut environ 12 ans à un mégot pour se dégrader. Un temps durant lequel les substances chimiques qu’il contient, comme l’arsenic, le chrome, le nickel ou le cadmium, ont tout loisir de s’infiltrer dans les sols et les eaux et de les polluer.

Des chercheurs ont quant à eux fait la preuve qu’il suffirait d’incorporer 1 % de mégots de cigarettes dans 2,5 % de la production annuelle de briques pour résoudre le problème posé par ce type de déchets.

En effet, lors de l’étape de cuisson de la brique, le mélange d’argile et de mégots est porté à quelque 1.000 °C. De quoi piéger dans la brique les métaux lourds et autres polluants contenus dans les mégots de cigarettes. Ces briques, fabriquées avec 1 % de mégots, conservent les mêmes propriétés, mécaniques et visuelles, que les briques classiques. Mieux, elles sont un peu plus légères et présentent des propriétés isolantes plus importantes qui pourraient bénéficier aux maisons qu'elles serviraient à construire.

source: FuturaScience
photo: wikipedia

Aucun commentaire: