mercredi 31 août 2016

Les espèces envahissantes via les conteneurs maritimes

Les espèces envahissantes arrivent dans de nouveaux habitats par divers moyens mais le transport maritime est le principal d'entre eux.

Aujourd'hui, le transport maritime est synonyme de conteneurs maritimes : chaque année près de 527 millions de voyages sont réalisés à l'aide de conteneurs maritimes - A elle seule, la Chine gère plus de 133 millions de conteneurs maritimes chaque année. Il ne s'agit pas seulement du cargo, mais des machines en acier elles-mêmes, qui peuvent servir de vecteurs pour la propagation d'espèces toxiques capables de semer un chaos écologique et agricole.

Par exemple, l'analyse de 116 701 conteneurs maritimes vides arrivant en Nouvelle Zélande ces cinq dernières années a montré qu'un sur dix était contaminé à l'extérieur, soit deux fois plus que le taux de contamination intérieur.

Les ravageurs indésirables comme l'arpenteuse de l'orme, l'escargot géant africain, les fourmis d'Argentine ou encore la punaise marbrée menacent les cultures, les forêts et les milieux urbains. De plus, les résidus sur le sol peuvent contenir des graines de plantes envahissantes, des nématodes et des plantes pathogènes.

Si les déversements d'hydrocarbures intéressent l'opinion publique et suscitent son inquiétude, les "déversements biologiques" pourtant plus dangereux à long terme, passent eux, plus inaperçus.

Un champignon exotique est responsable de l'extermination de milliards de châtaigniers américains au début du 20eme siècle, transformant au passage le paysage et l'écosystème de manière radicale. Aujourd'hui, l'agrile du frêne - une autre maladie qui voyage vers de nouveaux habitats en empruntant les routes du commerce mondial - menace de faire la même chose avec un arbre utilisé depuis longtemps par les hommes pour fabriquer des manches d'outils, des guitares et du mobilier de bureau.

Et la liste continue. Une espèce proche du crapaud buffle très répandue en Australie, s'est récemment enfuie d'un conteneur transportant des marchandises vers Madagascar (haut-lieu de la biodiversité) et la capacité des femelles à pondre 40 000 œufs chaque année représente non seulement une menace pour les oiseaux et lémuriens locaux mais aussi pour l'habitat de nombreux animaux et végétaux.

article complet à FAO
photo: wikipedia



Aucun commentaire: