dimanche 10 juillet 2016

Les Frégates d'Europa et leur stratégie de vol

Personne ne savait ce qu’il advenait des jeunes frégates du Pacifique, ces grands oiseaux marins, quand ils s’envolaient pour la première fois et s’éloignaient de leur île, Europa, dans le canal du Mozambique, entre Madagascar et l’Afrique. Les adultes migrent vers les Seychelles ou les Maldives mais que font les juvéniles, qui s’en vont et reviennent ? Combien de temps volent-ils ? Comment se nourrissent-ils ? Quelle est leur dépense énergétique ?

Pour le savoir, une équipe de chercheurs a équipé de capteurs plusieurs dizaines de juvéniles de cette île, avant leur premier vol.

Résultats : de grosses surprises. Depuis longtemps, ces grands oiseaux étonnent. Ce sont de bons voiliers, à coup sûr : les frégates du Pacifique (Fregata minor) mesurent 2,30 m d’envergure pour un poids de seulement 1,2 kg, « le meilleur rapport de tous les oiseaux ». Mais avec de telles mensurations, le vol doit être plus difficile que celui des martinets lors de leur très longue migration entre Europe et Afrique. Leur mode de vie est lui-même surprenant : le plumage de ces oiseaux de mer n’est pas étanche et ne leur permet pas de toucher l’eau. Il leur faut capturer leurs proies juste sous la surface… ou au-dessus quand ce sont des poissons volants. Pour cela, ils savent repérer les groupes de thons ou de dauphins qui les font jaillir de la surface…

Cependant, les chercheurs ne s’attendaient pas à ce que les juvéniles partent aussi loin et aussi longtemps. Certains ont volé sans interruption durant plus de deux mois. Leur stratégie de navigation aérienne consiste à suivre les vents dominants, ce qui leur permet d’éviter la zone équatoriale, riche en tempêtes et en nuages bas, le « pot-au-noir » comme disent souvent les marins. Le principe est bon mais conduit à faire le tour complet de l’océan Indien, soit bien plus de dix mille kilomètres.

Durant ce long vol, ils profitent des ascendances pour grimper et, lorsqu’elles manquent, ils n’hésitent pas à aller les chercher à l’intérieur même des cumulus, ces nuages riches en fortes turbulences qui bourgeonnent parfois en nuages d’orages. Les autres oiseaux et les pilotes de planeurs tournoient dessous mais jamais dedans. « Ils grimpent jusqu’à 4.000 m, à des altitudes où la température est négative. Pourtant, ils n’ont pas de duvet pour se protéger du froid. Ce sont des animaux tropicaux ! »

Comment font-ils ? La réponse reste mystérieuse. Mais les chercheurs, qui publient leurs résultats dans la revue Science, ont déterminé que les battements d’ailes sont rares. Ils passent de longs moments en plané, soit en descente, soit portés vers le haut dans les ascendances. Cela signifie qu’ils dépensent peu d’énergie et qu’ils se reposent en vol, durant plusieurs minutes. Les enregistreurs rapportent des périodes d’inactivité totale. On sait que les martinets, eux aussi, dorment ainsi mais personne n’a pu leur faire un électrocardiogramme.

source: FuturaScience
photo: wikipedia