dimanche 29 mai 2016

Des hydroliennes dans l'eau potable

La start-up grenobloise Save Innovations a conçu des picoturbines pour canalisations ! Le courant généré par ces mini-hydroliennes va alimenter des capteurs du réseau d’eau potable…

Présentée lors de la COP21, cette picoturbine  va être implantée dans les canalisations de Chamonix, sur le site du réservoir des Tines, à la source du Chapeau. 

L’hydrolienne miniature tient dans des canalisations de 200 mm de diamètre et peut produire de 8 à 200 W à partir de courants allant de 0,2 m/s à 6 m/s., avec un impact négligeable sur la pression et aucun risque de pollution. 

Entièrement réalisée en matériaux composites, la petite turbine n’a pas besoin de graisse et se passe de maintenance : elle est idéale pour les réseaux d’eau potable.

La turbine est associée à un système de stockage. Ce système autonome permet de rendre intelligents les réseaux de distribution d’eau. Désormais, sans tirer de câbles, on peut alimenter des capteurs et surveiller en temps réel la qualité de l’eau ou traquer les fuites… 

L’enjeu est de taille : rien qu’en France, le réseau d’eau potable représente près 1 million de kilomètres et en moyenne un peu plus de 20% des milliards de mètres cube distribués se perdent dans la nature… Par ailleurs, l’analyse constante de la qualité biologique et chimique de l’eau est un impératif de sécurité nationale et de salubrité publique.

Les premiers prototypes de l’hydrolienne de Save Innovations viennent juste d’être achevés. Ils seront testés à Chamonix et Annemasse avant d’être plus largement commercialisés en 2017.